ARTIGIANATO DESIGN AUTOPRODUZIONE
Savana & Moroni

Musèe Françisque Mandet

RIOM

 

Journèes du patrimoine

19-20 septembre 1998

 

“ARTISANAT & DESIGN”

Exemples de partenariats fructueux entre artisanat & design en Italie

 

 

 

Intervention de Clara Mantica

   

    L’exposition Sawaya & Moroni représente une forme de partenariat possible entre artisanat et design, celle de l’édition, et est l’occasion d’élargir le thème à d’autres hypothèses de collaborations.

  Clara Mantica, commissaire de l’exposition et journaliste, ayant participé comme expert en communication à des expériences de collaborations concrètes entre artisans et designers, présente des réalisations italiennes en cours de développement.

 

 

 

Depuis quelques années, on assiste en Italie à une relance de l’artisanat, comme composante économique de premier plan et facteur symbolique lié à la valorisation :

du“ Fait main ”, des ressources et des cultures locales.

 

 

 

 

 

 

En de nombreuses circonstances, le meilleur allié de cette relance a été le design, en tant que

 facteur d’innovation

sur le plan du style, des technologies et du marketing.

 

 

 

 

 

A une époque où il est vital de trouver un équilibre entre identités régionales, nationales et internationalisme, faire en sorte que se rencontrent ARTISANAT & DESIGN signifie rester en accord avec le passé et s’engager pour le présent et le futur.

 

 

Les facteurs positifs à la base des expériences de dialogues et de valorisations réciproques entre Artisanat & Design, qui ont lieu actuellement en Italie, sont les mêmes que ceux qui ont créé le succès du Made in Italy, c’est-à-dire :

  1. un tissu capillaire et spécialisé d’entreprises artisanales, nées d’un savoir-faire séculaire, lequel tire ses origines d’un patrimoine artistique italien très riche ;

  2. la présence diffuse de “ bassins ”, zones de production homogènes par leur catégorie de produit mais diversifiées par leurs modes de production. Entreprises artisanales, petites, moyennes et grandes industries collaborent entre elles pour offrir une grande flexibilité et une véritable diversification des produits ;

  3. des entrepreneurs ouverts à l’expérimentation : depuis les années 60 les entrepreneurs de petites et moyennes entreprises de tradition artisanale travaillent en collaboration avec les designers et les architectes en créant ainsi les conditions du succès du design italien ;

  4. le développement du phénomène des “ éditions ” : des entreprises commerciales qui ont la fonction de trait d’union entre designers, artisans, petites et moyennes entreprises pour la réalisation d’objets contemporains ;

  5. une culture de projet riche et variée grâce à la présence d’écoles d’architecture, d’arts appliqués et de design ainsi qu’à un véritable effort de promotion et de communication (revues spécialisées, foires, expositions, etc) ;

  6. une distribution spécialisée et capillaire capable de mettre en valeur les produits.

 

 

Made in Italy

(données de la fédération “ Federlegno-Assarredo ” et du journal “ Sole 24 ore ” mises à jour 1998)

 

 

 

Bénéfice commercial du Made in Italy :

151.000 milliards de Lires (env. 503 milliards de Francs)

Secteurs de pointe :

Textile

Habillement

Meubles

Principaux bassins

Textile : Prato, Biella, Como

Orfévrerie : Vicenza, Arezzo

Carrelage, faïence et céramique : Modena, Reggio

Mécanique : Emilie Romagne

Meuble : Lombardie, Vénétie, Frioul-Vénétie Julienne, Emilie Romagne, Toscane Marches.

Le secteur du meuble

Ce secteur se compose de meubles, objets de décoration, éclairage et compte : 36.600 entreprises (9000 en Lombardie, plus de 6000 en Vénétie) pour un total de 219.000 employés.

Chiffre d’affaires : 30.200 milliards de Lires (100 milliards de FF) (26.300 milliards en 94)

Export : 17.000 milliards (57 milliards de FF) (12.400 en 94) dans 200 pays (les premiers marchés clients étant : l’Allemagne, la France et les Etats-Unis)

Taux de vente par catégorie de style :

Design : 7 %, Moderne : 43 %, Classique :  50 %

Principaux secteurs  : Meubles pour la maison, chaises, ameublement pour les bureaux et les magasins, cuisines, matelas.

 

DISTRIBUTION DU MEUBLE

(données CSIL, 1998)

 

 

Marché du meuble et des objets de décoration en Italie : 21.500 milliards de Lires.

 

 

Canaux de distribution :

58 % magasins d’ameublement (*)

18 % centres commerciaux

14 % artisans

10 % autres (antiquaires, foires, privés etc…)

 

(*) Nombre de magasins : 22.000 (contre 30.000 au début des années 90)

Les magasins non spécialisés ferment et les magasins spécialisés s’affirment, correspondant à des niches de marché et ayant une offre personnalisée.

 

ARTISANAT

(données de la Confédération Nationale de l’Artisanat)

L’artisanat italien se compose de 400 activités différentes.

Il se découpe en quatre grand secteurs :

•    industriel (mécanique, textile-habillement etc…)

•    artistique traditionnel (faïence, céramique, fer forgé, bois etc…)

•    services (aux personnes et aux entreprises)

•    transports.

 

Au total, il s’agit de 1.450.000 entreprises comptant 4 millions d’employés.

Sur le plan national, l’artisanat participe à la formation du PIB pour plus de 15 %, et entre 18 et 20 % pour l’exportation.

 

Dans le secteur du meuble sur 36.600 entreprises 18.000 sont des entreprises artisanales (de moins de 10 personnes, soit un effectif de 6 personnes en moyenne).

Les entreprises artisanales sont réparties principalement dans les régions suivantes : Piémont, Emilie Romagne, Toscane, Ombrie, Lombardie, Vénétie, Pouilles, Sicile et Sardaigne.

 

 

(Dans le secteur artistique traditionnel :

Territoire :

Bassins de production

Chiffres :

 

 

Autres données :…………)

Principales zones des entreprises artisanales d’ameublement

 

RELANCE DE L’ARTISANAT

A la base de l’intérêt nouveau porté à l’artisanat, qui depuis quelques années anime les artistes, les designers, les intellectuels, les formateurs et les organisateurs d’événements, il y a :

Le nouvel intérêt porté à l’artisanat pose le problème de l’identification du profil de l’artisan au sein d’une économie moderne et de fournir aux jeunes des écoles adaptées.

Des profils professionnels différents correspondent à plusieurs domaines d’application de l’artisanat :

artisan artiste

artisan designer

artisan exécutant (qui reproduit les modèles traditionnels)

artisan sous-traitant (qui travaille pour l’industrie)

artisan spécialisé dans les prototypes

artisan entrepreneur.

A la base de la formation du nouvel artisan il y a : le savoir-faire, la culture de projet et la gestion d’entreprise. Le rôle des nouveaux modèles de formation est faire en sorte que ces trois composants se rencontrent.

 

EXEMPLES de collaboration entre

ARTISANAT & DESIGN en Italie

(faute de recette miracle, beaucoup d’expérimentation sur le terrain !)

De l’hégémonie milanaise à la décentralisation

 

** Sawaya e Moroni : édition

Designers internationaux et savoir-faire italien

 

** Atelier La Pietra : artiste, designer, animateur et acteur du “ fait selon les règles de l’art ” (… En Italie les initiatives sont souvent privées et rarement publiques…)

Exemples d’intervention, à partir du matériau (la pierre de Salento et le séminaire de Curzi avec des partenaires européens) ; de la technique (la mosaïque de Spilimbergo) ; de thèmes liés à l’habitat (le petit déjeuner, Florence-Fortezza 1998) ; d’une problèmatique (l’objet souvenir et le merchandising des musées)

** La foire de Vérone, “ Abitare il tempo ”

Le rôle de la promotion commerciale et culturelle (deux domaines)

La foire favorise les rencontres entre entrepreneurs spécialisés dans le meuble de style, les designers, les artistes, les artisans et les Institutionnels.

Directions des travaux :

-débat sur le régionalisme et l’internationalisme

-le Néo-éclectisme

-les rééditions (l’histoire)

-le classique (revisité)

-ressources territoriales (Genius Loci)

-habitat : anciens et nouveaux rituels

-projet et ligne de pensée (collaboration avec des intellectuels, des philosophes…)

 

** Dessiner l’artisanat, concours Turin

Recensement des entreprises artisanales dans la ville et la province. Concours européens pour les jeunes designers de moins de 35 ans.

** Colle d’Elsa : bassin du cristal (95 % de la production italienne et 14 % de la production mondiale)

Grandes, petites et moyennes entreprises et artisans travaillent ensemble (modèle étudié par les Universités japonaises)

Ces dernières années, appauvrissement de l’artisanat pour la plupart soustraitant pour l’industrie. Besoin de nouvelles stratégies de qualification.

A partir de 1992, la Chambre de Commerce de Siennes soutient les initiatives de relance des métiers traditionnels avec l’objectif de valoriser le binôme artisanat-tourisme dans la ville et ses environs.  Les principes sur lesquels s’appuyer sont la conservation et l’innovation du patrimoine.

En 1993, a eu lieu la grande exposition intitulée “ Métiers d’auteur, le cristal du Colle d’Elsa ” résultat d’un travail entre designers, artisans et l’industrie locaux.

Le processus est difficile (incompréhension et campanilisme).

Aujourd’hui le processus continue avec quelques changements par rapport à la proposition initiale.

Récemment, on a pu assister à la constitution d’un Consortium pour le cristal constitué par les entreprises, lesorganismes publics et privés.

Des modèles de formation expérimentés : Isia et l’Institut européen

Le projet d’un musée du cristal (Jean Nouvel)

** Siena e Tony Cragg : art, artisanat et ville

** Mudra Design a Nocera Terinese : la revanche du Sud

Un groupe de jeunes créateurs anime le territoire en proposant une “ culture méditerranéenne ” qui enrichisse le tissu social et économique. La dernière initiative en date a été “ Il senso delle cose ” [1] : des créateurs et des artisans sont invités à inventer et à réaliser des objets de mobilier urbain pour Nocera Terinese ( petite ville de Calabre). Le public vote pour les meilleurs projets à réaliser.

** Speciale : un projet intégral entre “ terre et ciel ”

L’artisanat fait partie d’une vision harmonieuse du monde.

Un designer et de nombreux artisans du Sud de l’Italie ont travaillé ensemble pour construire une maison-témoin à Milan

L’architecture récupère l’utilisation de la terre et recouvre les murs de cire d’abeille.

** HILL et l’habitat social

Coopérative sociale et menuiserie au sein de l’ancien hôpital psychiatrique de Trieste (à l’avant-garde pour les projets en faveur de la santé psychique)

Artisanat et design comme vecteur de réinsertion social. Manifeste pour la vie, ouverture sur le monde extérieur (Salon du Meuble, Mendini, Parma, Sandtex)

“ Le droit au beau ” aussi pour celui qui est défavorisé socialement ou psychologiquement.

Les protagonistes : Antonio, l’ingénieur ; Francesco, l’infirmier et Lucio, l’artiste et encore beaucoup d’autres personnes de bonne volonté.

** Fatto ad arte : une boutique-galerie pour la promotion et la vente du “nouvel artisanat ”

Raffaella et Francesca Fossati : deux jeunes femmes chefs d’entreprise.

Expositions et séminaires :

-œuvres appartenant à des bassins homogènes

-œuvres d’auteurs isolés qui opèrent en collaboration avec plusieurs artisans

-expositions tématiques : les objets comme vecteur des habitudes au quotidien

Exemples de distribution spécialisée (de niche)

Commerce & promotion culturelle.

 

 

 

CONCLUSIONS D’UNE ITALIENNE EN AUVERGNE

Pourquoi ne pas créer le “ Made in Auvergne ” ?

 

Aujourd’hui : je ressens une dichotomie entre d’une part la multiplication des initiatives pour conserver l’artisanat en tant que patrimoine traditionnel et floklorique et d’autre part l’existence de villes et villages “ dévitalisés ” par l’absence (ou la carence) d’ateliers d’artisans et de petits commerces.

Les relations entre Artisanat & Design (conservation et innovation) peuvent contribuer à régénérer le tissu économique et social à condition que naissent de véritables alliances entre artisans, commerçants, écoles, designers, institutionnels, offices du tourisme…

L’objectif est la valorisation des ressources : les hommes, les techniques, les matériaux, les langages régionaux, les écoles, le patrimoine artistique et naturel, les villes et villages.

Le processus, qui demande une grande légitimation sociale, culturelle et politique, peut contribuer à la dynamisation de la région à travers la création de nouveaux postes de travail pour les plus jeunes et la promotion de l’Auvergne, comme région active participant à la contemporanéité en France et à l’étranger.

PROPOSITIONS :

-Recensement des forces disponibles sur le terrain.

-Actions exemplaires où le problème de la sous-traitance et du marché est déjà réglé en partie : Musées (Merchandising des musées) ; Vulcania (les objets souvenir) ; Offices du Tourisme (souvenirs et merchandising).

-Valorisation des bassins (Thiers, Haute-Loire, Monluçon) : liaisons entre les petits artisans et les moyennes entreprises au travers de projets innovants. Collaboration entre les bassins (Fromages et couteaux ?)

-Expositions itinérantes (artisanat, design, tourisme).

-Création de Projets avec des Partenaires Européens (programmes CEE).

-Programme de Communication pour les JEUNES : non pas “ sauver ” l’artisanat, mais le lancer comme une “ nouvelle ” tendance. Artisanat comme entreprise, artisanat comme allié de la contemporaneité.

-Formation pour le nouveau profil de l’artisan-designer-entrepreneur : stage, écoles, séminaires etc… Créer les occasions de rencontre entre artisans et designers pour dépasser les méfiances réciproques et les fermetures.

-Structures de service (pour le financement, la coordination, la direction artistique, promotion, distribution).

 

 

 

Merci à Interface Italie de Clermont-Ferrand, pour sa participation à la traduction du présent document.

 

 
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now